Au delà de la Rive

Au delà de la Rive

NOTRE PLANETE EN DANGER

ATTENTION PLANETE EN DANGER !

    

(Avant de visionner cette video

 faire un arret du son en bas de pages Merci)

Dossiers réalisés par les élèves de cinquième dans le cadre du parcours diversifié météo

    L'effet de serre Tout d'abord, le soleil chauffe notre planète grâce aux rayons ultra-violet (UV).
· Ensuite, la Terre les renvoie en partie vers l'atmosphère sous forme de rayons infrarouges (IR).
· Puis, l'atmosphère laisse passer certains de ces rayons et d'autres sont piégés par des gaz à effet de serre. 

source : http://www.climatechange.gc.ca/french/images/pdf/science/image_01.jpg


                                                                 Les pluies acides

L'EFFET

 

DE SERRE 

I) Qu'est-ce que l'effet de serre?

L' effet de serre est un phénomène naturel indispensable qui réchauffe notre planète. Il permet à la terre de garder une partie de la chaleur du soleil grâce à son atmosphère (fig1).

Le sol ré émet vers l'espace des rayons infrarouges que certains gaz à effet de serre interceptent et rabattent vers le sol, augmentant ainsi la température moyenne de la terre.

       
     

Depuis les temps géologiques les plus reculés, l'effet de serre exercé par la vapeur d'eau et le gaz carbonique(CO2) maintient pour la terre une température clémente. Sans effet de serre, la température moyenne de la terre serait de -18°C contre +15°C actuellement et la vie serait impossible.

A l'inverse, si le rayonnement absorbé par les gaz devenait trop important, la planète se réchaufferait trop et les conséquences seraient désastreuses : sécheresse et désertification ou, au contraire, inondations provoquées par la fonte des glaces et élévation du niveau des mers.

Or depuis l'ère industrielle la composition chimique de l'atmosphère se modifie avec l'augmentation de la teneur de certains gaz et l'arrivée de nouveaux gaz qui sont responsables de l'augmentation de l'effet de serre.Les perspectives d'un réchauffement climatique dû à l'effet de serre avec son cortège de catastrophes rendent l'homme le seul responsable de ce phénomène d'ampleur planétaire.

                                                          

                                                                                   

II) Les gaz à effet de serre.

                                 Ces gaz sont :

                                1) Le dioxyde de carbone (gaz carbonique) de formule CO2 :

                              C'est le principal responsable de l'augmentation de l'effet de serre .

                              Les rejets de dioxyde de carbone dans   l'atmosphère proviennent de:

                              - l'industrie (usines ....)

  attent2.jpg (645 octets)                            - les transports ( camions; voitures; avions; bateaux.......)

                              - les feux de forêts.

attent11.jpg (645 octets)                               - les centrales thermiques.

Une partie de ce gaz carbonique est absorbée par les océans, les mers et les forêts. L'autre partie malheureusement augmente le pourcentage de dioxyde de carbone rejeté dans l'atmosphère.

                                          2) la vapeur d'eau de formule H2O:

                                          3) les chlorofluorocarbones dits CFC :

                                         4) le méthane de formule CH4 :

                                                  

                                                                                             

III) Conséquences sur la planète

Des modifications climatiques importantes qui risquent d'être destructrices.

- sécheresse et manque d'eau dans certains pays.

- inondations, tempêtes... dans d'autres pays.

En voici quelques exemples:

Dans le nord de l'Europe

La pluie augmentera, il y aura plus d'inondations,

 attent11.jpg (645 octets)attent11.jpg (645 octets)  

et peut-être des tempêtes.

  Sorties des grands fleuves.

Au Bangladesh, un pays proche de l'Inde, un tiers du territoire et des dizaines de millions de personnes sont menacés

Le delta du Nil en Égypte commence déjà à reculer.

Plusieurs Iles

Elle sont si basses qu'elles peuvent disparaître entièrement si l'eau de mer monte un peu.

C'est ce qui arrivera peu-être à l'océan pacifique et indien.

en Afrique et en Asie.

Plusieurs pays manquent déjà d'eau courante . La situation risque de devenir très grave

en Afrique

Les déserts s'étendront en Afrique et pousseront les personnes à partir habiter vers les pays de la côte où il y a beaucoup de monde et de pauvres.

en Amérique et en Asie.

des cyclones , et des grandes tempêtes qui naissent sur des mers chaudes seront très nombreux et très violents.

                                                                                                                                      dellys

        

   Innondations à Dellys (Ville d'Algérie) Décembre 2007. (Photo de Belkacem)

                                                      

IV) Conférences internationales sur l'effet de serre

Plusieurs conférences internationales sur l'effet de serre ont eu lieu ces dix dernières années.

La 1ére conférence a eu lieu à Rio au Brésil en 1992:

A cette conférence les états présents s'engagent à stabiliser pour l'an 2000 les émissions de gaz à effet de serre au niveau de 1990.

  

La 2éme conférence a eu lieu à Kyoto au Japon en 1997:

 

Dans cette ville a eu lieu une conférence internationale climatique sous l'égide de l'ONU à laquelle plus de 160 pays ont participé. La France a été représentée par le ministre de l'environnement.

Le Constat

- Depuis le début de l'ère industrielle la température moyenne a augmenté de 0,5°C. La température a augmenté à un rythme de 10 a 50 fois plus rapide qu'au cours des 10 000 dernières années. Le niveau des océans s'est élevé de 10 à 25Cm.

- La hausse de la température pourrait être de 1 à 3,5 °C dans un siècle (2100).

- Chaque année 11 milliards de tonnes de dioxyde de carbone ne sont pas absorbés par les océans les mers et les forêts. Ils viennent donc rejoindre le couvercle de vapeur d'eau et d'autres gaz à l'origine de l'effet de serre.

- Les États-Unis sont aujourd'hui le plus grand pollueur de la planète.

- 64% des émissions des gaz de effet de serre proviennent des pays les plus industriels alors que leur population ne représente que 20% de la population totale de la planète.

Objectifs

L'objectif est de trouver des solutions communes afin de réduire les gaz à effet de serre qui provoquent un réchauffement anormal de la planète car certains pays risquent d'avoir des problèmes tels que les inondations ou au contraire la sécheresse, d'autre pays risquent carrément de disparaître.

Décisions

159 pays se sont engagés à réduire de 5,2% en moyenne, les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2012. Ils ont défini quelques moyens pour y parvenir.

                                                                          

                                                        

La 3éme conférence a eu lieu à La Haye au Pays-Bas en 2000:

La conférence de La Haye a fait le bilan.

- Elle constate que pendant ses 10 dernières années rien n'a évolué dans le bon sens, alors elle essaye de faire signer un accord aux 50 pays les plus riches de la planète. 30 seulement ont signé cet accord .

- Si ne l'on ne fait rien il risque d'y avoir des grandes catastrophes naturelles. Pour l'humanité ça serait un grand désastre. Dommage de perdre le monde aussi bêtement.

                                                                      

V) Quels gestes quotidiens pour réduire l'effet de serre ?

Chaque personne, quelque soit son âge ou son pays, est concernée par l'effet de serre et doit participer à éloigner les dangers qui seraient à long terme destructeurs.

A partir de gestes simples et quotidiens elle peut lutter contre l'effet de serre dont elle est en partie responsable.

Les gestes quotidiens sont les suivants:

  • Baisser de 1°C le chauffage :

Vous réduisez les émissions de dioxyde de carbone de 5 %.

  • Remplacer les ampoules classiques par des ampoules à économies d énergie :

Chaque kilowatt/heure économisé évite le rejet 90 g de dioxyde de carbone.

  • Ne pas laisser les appareils électriques en veille (Téléviseur, ordinateurs... )

Vous éviterez le rejet de 50 Kg de dioxyde de carbone par an.

  • Participer activement au tri sélectif :

Chaque kilogramme de déchets non triés dégage lors de l'incinération 64g de dioxyde de carbone ou l'équivalent en méthane.

  • Éviter de prendre la voiture quand vous pouvez prendre les transports en commun (bus, train, métro) :

Car une personne seule en voiture émet 309 g de dioxyde de carbone au kilomètre, en bus 80 et à vélo, zéro gramme ! .

Mohamed Bouhal, Alexandre Debuf, Marc-Antoine Adamkiewich, Thomas Filipiak, Elodie Delvoye, Christophe Duroisel, Mohamed El Fellahi, Samira Hérizi, Mélissa Defretin, Jennifer Garde, Mathieu Wervaecke, Mohamed Kebbas

                                                                                                                                      

LES PLUIES ACIDES

Définition :
Pluies acides, forme de pollution atmosphérique faisant actuellement l'objet d'une grande controverse en raison des importants dommages dont elle serait responsable sur l'environnement.
Les pluies acides se forment lorsque les oxydes de soufre et d'azote s'associent à l'humidité de l'air pour libérer de l'acide sulfurique et de l'acide nitrique qui sont ensuite transportés très loin de leur source avant d'être précipités par la pluie sous forme de PLUIES ACIDES.



Origine des pluies acides :
Les activités humaines sont à l'origine du rejet dans l'atmosphère d'importantes quantités de polluants qui sont à l'origine des pluies acides.

Les gaz qui sont à l'origine des pluies acides :

  • Le dioxyde de soufre : SO2

C'est l'un des plus dangereux gaz et il provient surtout des sources industrielles et d'électricité mais aussi des combustibles, usines à charbon, du traitement du gaz naturel et surtout de la production d'électricité .

 

 

  • Le dioxyde de carbone : CO2


  • Ce gaz provient des transports en tout genre, des feux de forêts, centrales thermiques et chaudières industrielles.

  • Oxyde d'azote : NOx
    Les émissions d'oxydes d'azote proviennent essentiellement des combustions de carburants de véhicules automobiles, des combustibles d'appareils de chauffage domestiques et de l'alimentation des centrales thermiques.

Les effets des pluies acides.

  • Les enfants, les personnes âgées et celles qui ont des problèmes respiratoires et cardiaques voient leur état de santé se détériorer lorsqu'ils vivent dans des régions où il y a le SMOG acide ou des pluies acides.

  • Outre les effets néfastes sur notre santé, les différents composants de notre environnement peuvent être affectés par les pluies acides : EAUX, SOL, MATERIAUX et VEGETAUX.

 

II)  les conséquences sur les matériaux
Lorsque les précipitations lavent l'atmosphère de ses polluants, pratiquement tout l'ensemble des différents matériaux ou monuments est susceptible d'être dégradé.
L'acidification des précipitations entraîne une corrosion des surfaces métalliques: L'érosion des voies de chemin de fer limite les trains à une certaine vitesse.
La pierre est également atteinte.
On observe la formation d'une croûte en surface qui se décolle laissant apparaître la pierre qui se décolle en poussière. Malheureusement la pollution n'épargne pas les monuments.

 III)  Conséquences sur les plantes et les forêt


Lors de notre voyage en Angleterre, nous avons pu constater

les dégats causés par les pluies acides sur les pierres de la cathédrale de Canterbury

III)  Conséquences sur les plantes et les forêt
Les pluies acides participent au dépérissement des forêts. Sous l'action des polluants la perméabilité de la cuticule des feuilles et des aiguilles est modifiée. Pendant de nombreuses années les dégâts constatés ont essentiellement concerné les résineux (pins, sapins)
aujourd'hui les symptômes sont les plus visibles sur les arbres âgées (chênes, etc..)


IV)  Conséquences sur les sols
Les précipitations acides modifient la composition chimique de certains sols en les acidifiant.
Cet effets se traduisent par une perte d'éléments minéraux nutritifs pour les arbres et la végétation.
Les sols sableux sont les plus sensibles. Ils sont facilement lessivables

  Lors de notre voyage en Angleterre, nous avons pu constater les dégats causés par les pluies acides sur les pierres de la cathédrale de Canterbury

.

.

                                                                                                                                              


LA LUTTE CONTRE LES PLUIES ACIDES NE FAIT QUE COMMENCER

Comment faire pour éviter les pluies acides

  • Produire de plus en plus d'électricité à l'aide de l'énergie éolienne ou hydraulique afin d'utiliser de moins en moins de centrales thermiques.

  

  • Fabriquer des véhicules qui consomment moins et équipés de pots catalytiques.
    Remplacer au fur et à mesure le parc automobile par des voitures électriques plus accessibles et ayant plus d'autonomie.

une voiture électrique                                  une voiture à énergie solaire

  • Rouler moins vite sur les autoroutes avec une vitesse maximale de 110km/h au lieu de 130km/h.

  • Utiliser

    • le vélo pour faire un trajet court.

    • les transports en commun quand cela est possible et pratiquer le covoiturage.

  • Réduire les chauffages et en isolant mieux les maisons (double vitrage)

  • Utiliser le chaulage en cas extrême : ceci consiste, lorsque l'eau d'un lac devient trop acide, à y déverser du calcaire finement broyé qui neutralise l'acidité.

Benoit Lammens, Romuald Robillard, Nicolas Taisnes, Jean-Louis Pontlevoy, Sébatien Braure, Morgan Dehenne, Alexandre Duponchel, Jonathan Mickolajczak, Jérémy Dupire, Jonathan Gorni, Romain Koleszko, Jonathan Mielzynsski, Jérémy Populaire

                                                                                                                                         

 

                                                                                                                                       les  TSUNAMIS

ESPACE DE L'AMITIE (NANO36)
Les causes des inondations -
Les tsunamis

Le tsunami est sans conteste la plus spectaculaire des inondations côtières. Il est aussi appelé raz-de-marée, expression incorrecte, car la marée n'a rien à voir avec ce phénomène.

Un tsunami est une vague de fond créée par des déplacements sous-marins comme un tremblement de terre ou un glissement de terrain, et cette perturbation provoque le déplacement vertical de l'eau. Un tremblement de terre de 7,0 sur l'échelle de Richter est suffisamment puissant pour créer une série de vagues. On a observé, dans le bassin du Pacifique, un ensemble de vagues atteindre une vitesse de 960 kilomètres/heure et parcourir de longues distances avec une faible perte d'énergie. Les crêtes peuvent être séparées de plusieurs centaines de kilomètres et on les remarque à peine lorsqu'on est en mer. En approchant de la côte, la vague ralentit et se ramasse sur elle-même en se gonflant vers le haut à mesure qu'elle rencontre des eaux de moins en moins profondes. Cette masse d'eau frappe alors la côte avec une très grande vitesse et un impact énorme.

La vague qui frappe la côte est rarement la vague déferlante que l'on s'imagine, mais elle apparaît plutôt comme une augmentation rapide du niveau de l'eau. La première vague est souvent précédée par une descente du niveau de l'eau et par le drainage des ports, baies, bras de mer, etc.

Les tsunamis sont un phénomène unique pour ce qui est de l'emplacement et de l'amplitude des vagues, et du temps qui en sépare les crêtes. Ils se comportent comme des vagues d'eaux peu profondes, car leur direction dépend de la topographie du fond. L'information topographique est l'un des paramètres utilisés dans la modélisation et l'élaboration de scénarios, mais les modèles sont approximatifs car on ignore la source des vagues.

 

 

 

 

EXTRAIT DU JOURNAL LIBERTE

Actualité (Jeudi 17 Décembre 2009)


 

Chakib Khelil conditionne la conclusion d'un accord stratégique avec l'UE
Gaz contre visas
Par : Azzeddine Bensouiah

Le ministre de l'Énergie et des Mines, Chakib Khelil, vient de poser une nouvelle condition pour la conclusion d'un accord stratégique entre l'Algérie et l'Union européenne. Pour lui, l'Algérie s'engage à assurer l'approvisionnement de l'Europe en gaz naturel à condition que le Vieux continent assure la libre circulation des citoyens algériens en Europe.

Dans une déclaration à la Radio nationale, Chakib Khelil a affirmé que l'Algérie conditionne la signature de l'accord stratégique sur l'énergie avec l'Europe. "Pour l'instant, ce n'est pas le cas. Alors pourquoi nous signerions un accord avec l'UE si cet accord ne s'applique pas à chacun des pays membres ? Pour le moment, les discussions sont en cours."
Pour le ministre de l'Énergie, l'Algérie n'est pas obligée de signer cet accord et ne le fera pas à n'importe quel prix. "Qu'est-ce qu'on obtiendrait en retour de la signature de cet accord stratégique dans lequel nous nous engageons à assurer l'approvisionnement et la sécurité énergétique de l'Europe ? Il y a donc d'autres conditions. L'Algérie demande la libre circulation des personnes entre le pays et l'Europe. C'est un élément important. Il ne s'agit pas de vendre uniquement le gaz. Il est possible de vendre ce gaz aux États-Unis également." Une façon de rappeler que le gaz algérien est demandé partout et, de ce fait, l'Algérie n'est pas tenue de s'engager durablement avec des clients, sans qu'elle n'en tire profit. Parmi ces contreparties, l'Algérie entend bénéficier d'un transfert de technologie de la part des Européens, mais surtout d'une ouverture du marché européen de l'énergie au partenaire algérien.
"Nous avons eu beaucoup de problèmes pour commercialiser notre gaz en Europe. Il n'est pas évident que, demain, lorsque nous voudrons exporter de l'électricité, nous ayons un accès facile au marché européen. Cette question se pose pour les grands projets d'exportation de l'électricité solaire." Chakib Khelil citera l'exemple des taxes imposées par les Européens aux engrais
algériens. Tout en reconnaissant que "l'Europe défend ses intérêts", il dira : "Nous, aussi, nous défendons nos intérêts."
Évoquant le sujet de l'heure, le Sommet de Copenhague, le ministre de l'Énergie et des Mines a fustigé une nouvelle fois la taxe carbone que les Européens voudraient imposer aux pays producteurs de pétrole. Cette taxe devrait coûter aux pays producteurs, d'ici 2050, quelque 3 000 milliards de dollars, selon le ministre. "La taxe carbone aura des implications à long terme sur les revenus des pays pétroliers puisqu'il y aura diminution de la demande sur ces produits qui vont coûter plus cher. Aussi, les consommateurs seront amenés à chercher d'autres sources d'énergie comme le nucléaire ou le solaire", dira Chakib Khelil, qui s'est interrogé sur l'inexistence d'une taxe charbon. Tout en rappelant que les pays européens imposent déjà des taxes très importantes sur les produits pétroliers, pouvant atteindre les 80% en Angleterre, Chakib Khelil dira que "la taxe carbone s'applique au pétrole et au gaz et pas au charbon, alors que le charbon est plus polluant. Donc, la taxe carbone est discriminatoire. Elle va à l'encontre des intérêts des pays producteurs de pétrole. Elle profite aux pays développés qui, eux, sont des producteurs de charbon, en Europe en particulier."
En outre, le ministre fera remarquer que les pays européens seront les grands bénéficiaires de cette pression fiscale sur les producteurs de pétrole, dans la mesure où ils sont en train de réorienter leur industrie vers les équipements spécifiques à l'énergie verte et font pression sur les pays du Sud pour changer de stratégie en optant pour les énergies renouvelables. Une façon, pour les Européens, de relancer leur économie et de trouver des débouchés sur le dos des pays du Sud.
D'ailleurs, l'Algérie est en train de mener une véritable fronde des pays du Sud au Sommet de Copenhague, au point où, lundi dernier, toutes les délégations africaines avaient quitté le sommet pour protester contre le forcing américain d'enterrer le protocole de Kyoto et de le remplacer par un nouveau protocole beaucoup plus contraignant pour les pays en développement.
La fronde est également menée au sein de l'Opep où la décision de rejeter fermement la taxe carbone, lors du Sommet de Copenhague, a été clairement exprimée. L'activisme mené par l'Algérie suscite même l'admiration du ministre français de l'Écologie,  Jean-Louis Borloo, qui a salué hier à Copenhague la position algérienne relative à la question des changements climatiques, affirmant que son homologue algérien, Chérif Rahmani, coordonne l'action des ministres africains de "fort belle manière".
L'arrivée, mercredi, du président Abdelaziz Bouteflika à la capitale danoise devrait donner encore plus de tonus à la position africaine dans la bataille de Copenhague.

 

 

       

 

 
Dictionnaire du Net
 



26/04/2008
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 86 autres membres