Au delà de la Rive

Au delà de la Rive

LA FAIM DANS LE MONDE

 

                                               DANIEL BALAVOINE LE CRI
 
 
 
 

 
 
 
REPORTAGE Haïti les émeutes de la faim 2008
A Cayes, au sud d'Haïti. C'est ici que les émeutes ont éclaté en avril dernier. Ici, l'argent manque, la nourriture manque, l'eau manque. « Il n'y a rien pour survivre. La nourriture que Dieu a créée est devenue un luxe. C'est pourquoi nous avons déjà manifesté plusieurs fois ici. Nous devons exprimer nos problèmes et nos inquiétudes », exhorte Charles Jean-Daniel, un étudiant de 27 ans.

Au-delà de la détresse, c'est la colère contre le gouvernement jugé complètement inactif qui a incité la population à descendre dans les rues. Ici, et sur toute l'île, les services publics sont inexistants. « Si le gouvernement n'est pas capable de nourrir son peuple, ce n'est pas un gouvernement ! On doit donc se faire entendre car les Haïtiens sont des têtes de mule et sinon ils ne nous écouteraient pas », lance un autre jeune de Cayes. Le mouvement a été initié par les jeunes de la région, excédés et affamés. Il s'est ensuite répandu sur toute l'île. Bilan : six morts et des centaines de blessés, sans compter la chute du gouvernement.

Haïti, déjà peu épargnée par les cyclones, est aujourd'hui un des pays les plus pauvres au monde. Plus de 70% de la population vit avec moins de deux dollars par jour, en dessous du seuil de pauvreté. La terre des Caraïbes découverte par Christophe Colomb en 1492 est aujourd'hui complètement dépendante de ses importations, principalement en provenance des Etats-Unis. Mais cela n'a pas toujours été le cas. Dans les années 1980, l'île produisait 95% du riz consommé. Depuis, les différents gouvernements ont délaissé la production agricole, préférant importer massivement.
 
 
 
 

En France, journée mondiale du refus de la misère

 

pauvreté: logement en camping© France 3

Les jeunes démunis, sont au coeur de la Journée du Refus de la misère en France

Ce 17 octobre, plusieurs manifestations ont été organisées pour "la journée mondiale du refus de la misère", notamment un rassemblement de jeunes au Trocadero.

L'après midi, un tapis de vêtements signe de la diversité, a été étendu sur le Parvis de la Défense. Les ministres des 27 de l'UE en charge de la pauvreté, ont créé un groupe de vigilance.

Chômage chez les jeunes
« C'est dur de demander aux jeunes d'être optimistes quand tout va mal » admet Nordine, 23 ans, né dans un des quartiers "les plus pauvres" de France, en Moselle.  Dans le cadre de "la journée mondiale du refus de la misère", six cents jeunes étaient  rassemblés ce vendredi 17 octobre à Paris, au Conseil Economique et Social.

Face à la montée du chômage des jeunes, Martin Hirsch, Haut commissaire aux solidarités, s'est fait l'écho du gouvernement en déclarant :  « Des fonds d'expérimentations...s'attaquant à leurs problèmes de revenus, d'emploi et de formation » devraient voir le jour. Une démarche somme toute comparable à celle accordée aux  bénéficiaires du RSA, pour essayer de désamorcer une situation alarmante.

En 2006, la  population pauvre n'excédant pas 817 euros de revenus pour une personne seule atteignait les 12.1%, (soit 60% du revenu médian), alors que chez les jeunes, elle s'élevait à 21%.   En cause, le non accès de la jeunesse de moins de 25 ans au Revenu Minimum d'Insertion (RMI) et aux allocations familiales.

Par ailleurs, d'après les indicateurs de la pauvreté rendus publics aujourd'hui, la part des jeunes sans emploi, et sans formation, a augmenté de  9% de 2003 à 2006, pour s'établir à 14,5%. 

De plus  selon une étude publiée en juillet par, l'Organisation de coopération et de développement économiques, trois jeunes sur dix dans les pays membres de l'OCDE travaillent à temps partiel, soit "bien plus" que les adultes, et un tiers des jeunes a un emploi temporaire. Enfin l'étude révèle aussi, que les possibilités qui s'offrent aux jeunes en termes d'emploi dépendent très largement de la conjoncture.

Pour les responsables de l'association  ATD Quart monde à l'initiative de la « journée du refus de la misère » devenue mondiale en 1993, " la crise financière pourrait aggraver la situation des jeunes », déjà touchés par la montée du chômage et la crise du logement.

Des chiffres et des infos pour prévoir la pauvreté
Face à la conjoncture, les ministres chargés de lutter contre la pauvreté dans l'Union européenne se sont rencontrés à Marseille, le 16 octobre. Il a été décidé qu'un groupe de vigilance sera établi avec ceux des 27 Etats membres de l'Union Européenne (UE) qui le souhaitent.

Il s'agit, de "travailler avec la commission  européenne pour qu'il y ait des remontées d'indicateurs plus rapides " a expliqué Martin Hirsch, Haut commissaire aux solidarités actives. « Il  ne faut pas se retrouver avec des phénomènes qu'on n'aurait pu juguler parce qu'on ne les aurait pas mesurés", a-t-il insisté, en évoquant l'affluence dans les centres d'hébergement ou l'exclusion bancaire.

le commissaire à l'Emploi de l'Union Européenne Vladimir Spidla a affirmé que "Ces services regardaient de près, quelles pouvaient  être les conséquences de la crise financière sur le marché du travail, et les systèmes de protection sociale". 
 En France, 7.1 millions de personnes ont des ressources inférieures au seuil de pauvreté. Ce qui était le cas également pour  16% des Européens en 2006, selon l'Institut de statistique européen Eurostat.

Lors de ces tables rondes, Les ministres ont également convenu que des expérimentations pourraient être menées. Avec l'appui de la commission, en mobilisant le Fonds social européen et le programme Progress, un réseau européen de mutualisation des bonnes pratiques sera étudié lors des premières Rencontres de l'expérimentation sociale en Europe. Elles se dérouleront  à Grenoble les 21 et 22 novembre.
Les mesures qui favorisent une "inclusion active" comme le revenu minimum, le retour à l'emploi, l'accès aux services sociaux ont été approuvé, le 3 octobre dernier par Commission Européenne et les ministres

        

                                                  la faim dans le monde
        
 
 

 la faim dans le monde

 

La vérité sur votre alimentation
 
 
Par la soeur initiée Hui-Ming Toh, Aukland, Nouvelle-Zélande
(à l'origine en anglais)

Pourriez-vous ouvrir votre réfrigérateur, en retirer vingt plats de pâtes et les jeter dans la poubelle, et ensuite ne manger qu'un plat de nourriture ? Que diriez-vous de raser 18 m2 de forêt tropicale pour un déjeuner ou de faire couler 660 litres d'eau ? Bien sûr que vous ne le feriez pas. Pourtant, manger simplement une livre de viande causera cela. La consommation de viande provoque une utilisation inefficace et la destruction de nos ressources et de notre environnement, cause une immense souffrance animale et a des effets néfastes sur notre santé. Rôtir un chien pour compléter votre purée de pomme de terre vous dérange, alors pourquoi rôtir un autre doux animal ?

  Lagune de déchets
Circle Four Farms, un producteur de porcs dans l'Utah, dispoe d'une lagune de déchets de 11 millions de litres. Lorsqu'une telle lagune se déverse dans les rivières et les lacs, comme en 1995 en Caroline du Nord, le résultat est catastrophique du point de vue environnemental.

 

Selon un rapport de l'ONU, « les vaches, et non les voitures, constituent la menace principale de notre environnement ». Il montre clairement que la croissance rapide des troupeaux de bétail dans le monde est la plus grande menace pour le climat, les forêts, la faune et la flore. Les animaux de ferme produisent cent trente fois plus d'excréments que toute la population humaine des Etats-Unis, et cela provoque la pollution de l'eau, la destruction des sols et la contaminant de notre air. En outre les gaz de leurs corps et les engrais émettent plus du tiers de méthane, qui réchauffe le monde vingt fois plus rapidement que le dioxyde de carbone. Les mangeurs de viande sont responsables de la totalité de ces déchets, produits au rythme de 39 tonnes par seconde. Mais en renonçant aux produits animaux, vous ne serez responsables d'aucun de ces déchets.

De plus, notre goût pour la viande provoque de sérieux dégâts sur nos ressources non-renouvelables. 1247 litres d'eau sont nécessaires pour produire une livre de bœuf, alors qu'il n'en faut que 14,5 pour produire une livre de tomates et 69,5 pour une livre de pain de blé entier. La moitié de l'eau, 80 % des terres agricoles américaines, la quasi-totalité des cultures de soja et la moitié des cultures du monde sont utilisées pour élever des animaux qui seront mangés. Tandis que nous faisons cela, un milliard de personnes souffrent de la faim et de sous-alimentation et 24000 enfants meurent chaque jour à proximité de champs de cultures destinées à nourrir le bétail de l'Occident. Toutefois la famine disparaîtrait du monde si nos ressources rares étaient utilisées efficacement en convertissant les terres pour des cultures destinées à nourrir les gens.

   

 

      

                              MON COUP DE GUEULE 

Toutes les 4 secondes, un enfant meurt de faim dans le monde.

Comment cela peux exister en 2008 ?

Cette image me donne froid dans le dos.
Quand je pense aux gens des pays riches qui se gavent..
 

Victimes de la faim en Somalie :
Des victimes de la faim en Somalie font la queue pour une distribution de nourriture. Produire une livre de boeuf nécessite 2,4 kg de grains, et les critiques de notre système agricole moderne estime que le développement d'une alimentation carnée aggrave la faim dans le monde.

Savez-vous que 130 millions d'animaux sont tués chaque année en Nouvelle-Zélande ? La plupart des animaux sont élevés dans des installations d'élevage industriel – un système qui s'efforce de maximiser la production à un coût minimal. La conséquence est que les animaux subissent une douleur immense mentalement et physiquement à chaque seconde de leur vie. Ils sont entassés dans des boîtes sales et sans fenêtre et n'élèveront jamais leur famille, ni ne brouteront au sol, ni ne feront rien de ce qui leur est naturel. Ils ne sentiront même pas la chaleur du soleil sur leur dos, et ne respireront l'air frais que le jour où ils seront chargés sur des camions pour l'abattage. Plus de 90 millions d'animaux en Nouvelle-Zélande subissent ces conditions et nombre d'entre eux sont encore conscients quand ils ont leur gorge tranchée et gisent dans leur sang.

 


Une autre pratique – cruelle et fréquente – des éleveurs est de priver d'alimentation les oiseaux durant 14 jours afin de choquer leur corps et de leur faire pondre plus d'œufs destinés à la consommation humaine. Et comme les poussins mâles sont inutiles dans l'industrie de la viande, des centaines de millions d'entre eux sont chaque année enterrés vivants ou jetés dans des sacs pour être asphyxiés. De plus, à l'abattoir, les gorges des poulets sont coupées et ils sont immergés dans de l'eau bouillante pour retirer leurs plumes, alors que nombre d'entre eux sont encore vivants.

 

Même de nos jours, les propriétaires de ranch marquent leurs vaches au fer rouge, ce qui fait beugler les animaux de douleur et provoque des brûlures du troisième degré ; et les testicules des veaux masculins sont arrachés de leur scrotum sans anesthésique. A leur souffrance s'ajoute le fait que la terre sur laquelle le bétail paît est saturée en air contenant des produits chimiques, ces vapeurs causant des problèmes respiratoires chroniques, et rendant la respiration douloureuse.

Les vaches utilisées pour leur lait sont à de nombreuses reprises engrossées et leurs bébés leur sont retirés pour que les gens puissent boire le lait destiné aux veaux. On leur attache des appareils plusieurs fois par jour. Faisant l'objet de manipulation génétique, ingérant des hormones puissantes et traitées de manière intensive, elles sont forcées à produire dix fois plus de lait que la quantité naturelle. Cela contribue à une inflammation particulièrement douloureuse de leurs pis, ce dont souffrent 50 % des vaches laitières.

Les animaux d'élevage industriel ne bénéficient aujourd'hui d'aucune protection légale. Une telle cruauté serait illégale si elle était infligée sur des animaux de compagnie : négligence, mutilation, manipulation génétique et programmes médicamenteux qui causent des douleurs chroniques et traumatismes, et abattage violent. Robert Louis Stevenson, romancier et poète, a écrit : « Nous consommons les carcasses de créatures dont l'appétit, les passions et les organes sont comparables aux nôtres. » Pourtant les animaux d'élevage ne sont pas moins intelligents ou capables de ressentir la douleur que les chiens et les chats que nous chérissons comme des compagnons.

Cela est démontré par de fréquents rapports sur des vaches qui sautent des barrières de 2 mètres pour échapper à l'abattoir, marchent 10 km pour retrouver leur veau et traversent une rivière pour retrouver la liberté. Les porcs, eux aussi, sont des animaux perspicaces comme l'a découvert le Dr. Donald Broom, conseiller scientifique du gouvernement britannique ; il a expliqué : « les [porcs] ont la capacité cognitive d'être tout à fait évolués. Même plus que les chiens et certainement que les enfants de trois ans. »

La plus importante étape que vous pouvez franchir pour sauver notre planète et diminuer à la fois la souffrance humaine et animale est de devenir végétariens. Une alimentation sans viande riche en hydrates de carbone complexes, protéines, fibres, oméga 3, vitamines et minéraux fournit une nutrition optimale, constituant la base d'une habitude diététique assurant une vie en bonne santé. Des preuves incontestables peuvent être trouvées dans le livre « The China Study » du Professeur T. Colin Campbell qui estime que « dans les dix années à venir, une des choses que vous entendrez nécessairement est que la protéine animale est l'une des plus toxiques substances nutritives. Les risques de maladie augmentent radicalement lorsqu'une protéine animale, même en petite quantité, est ajoutée au régime. » Des études ont montré que le quotient intellectuel des enfants végétariens est plus élevé que celui de leurs camarades de classe, et les végétariens vivent, en moyenne, six à dix années de plus que les mangeurs de viande. En plus de cela, ils sont 50 % de chance en moins de développer une maladie du cœur et un cancer ; en outre les mangeurs de viande ont neuf fois plus de chance d'être obèses que les végétaliens. Une alimentation végétarienne nous apporte toutes les substances nutritives dont nous avons besoin ; en outre elle contient moins de graisse saturée, de cholestérol et de polluants.

Certains ne manquent pas de rappeler que les plantes sont également vivantes. C'est vrai, mais les plantes n'ont que 10 % de conscience alors que les animaux ont une conscience équivalente à celle des gens. Comme les plantes ne peuvent pas se mouvoir, la sensation de peine est superflue. Ainsi les plantes diffèrent complètement des mammifères sur le plan physiologique. Si vous coupez une branche ou une feuille d'un arbre, elle repoussera. De leur côté, les animaux ne désirent pas être « élagués » régulièrement. Pouvez-vous couper la patte d'une vache et vous attendre à ce qu'il en repousse quatre nouvelles ?

Elever des animaux pour se nourrir cause des ravages à la Terre. L'environnement, les ressources et notre santé se détériorent, et bien que la plupart d'entre nous ne tolèrent pas activement le meurtre, les humains ont développé l'habitude, soutenue par la société, de manger de la viande sans réelle conscience de ce qui a été fait aux animaux que nous mangeons. Il est dit que « visiter un abattoir fera de vous un végétarien pour la vie, car c'est nous qui avons provoqué leurs cris perçants de douleur et de crainte. » Ainsi, si vous décidez une nouvelle fois de rôtir un doux animal, rappelez-vous que vous consommez la chair d'un être équivalent à vos chers animaux de compagnie. Mais la seule différence est que cet animal a été torturé.

Sur ces sites, vous trouverez de nombreuses images choquantes :
http://www.goveg.com/photos.asp
http://www.viva.org.uk/photogallery/galleryindex.htm

Avec ce lien, vous trouvez des cartes représentant l'impact du bétail dans le monde :
http://www.virtualcentre.org/en/library/key_pub/longshad/a0701e/A0701E09a.pdf

 

  !

* Cet article, rédigé par une étudiante de 17 ans en dernière année de collège, a valu à son auteure la meilleure note lors d'un examen.

 

VOICI LA LISTE DES DESTOCKEURS ALIMENTAIRES EN FRANCE

SI VOUS EN AVEZ D'AUTRES (MERCI DE NOUS INFORMER)

Dans le Commentaire en dessous 










 



19/10/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 86 autres membres