Au delà de la Rive

Au delà de la Rive

HOMMAGE A LILI BONICHE


http://YourGen.com/ - Text Generator

 

 

                     LILI BONICHE 

          L'ORIENTALE NOUS A QUITTER LE 06 MARS2008

 

Lili Boniche le crooner de la Casbah est décédé le 6 mars dernier à Paris a l'âge de 87 ans.

 L'auteur de l'immortelle  "Alger Alger"  celui qui a popularisé le style francarabe était  l'un des derniers représentant de la musique judéo arabe   .

 Avec lui c'est tout un pan de l'histoire de l'Algérie et de la musique algérienne qui s'en va.

Aimé, admiré de tous les artistes algériens, et des algérois ce fils de la Casbah  aurait voulu avant de quitter ce monde donner un dernier concert à l'Opéra d'Alger le TNA qu'il a longtemps fréquenter, faire un dernier tour au  célèbre  café maure

 Le Tontonville où il retrouvait  El Hadj M'hamed El Anka et toute la clique. Mais malheureusement son rêve n'a pu se réalisé. Allez salut maestro! Va en paix. Là haut tu passera le bonjour a El hadj El Anka, Guerrouabi, Cheikha Rimitti, Jimmy Hendrix  ou zid ou zid. RESPECT. mars 2008

l--opera-et-le-tantonville.jpg

 

Hommage à Lili Boniche : Music-hall d'Alger

Sur les traces d'une œuvre qui a su donner à un patrimoine ancien les accents de la modernité.Qui ne connaît la fameuse chanson Alger, Alger ?


 

Voilà six mois que Lili Boniche est décédé à Paris. Il est né en 1921 à Alger dans une famille qui venait d'Akbou et dont le père, musicien, l'encouragera à emprunter la même voie. Très jeune, Lili Boniche ira apprendre la musique andalouse auprès du maître Saoud l'Oranais puis au sein des formations El Moutribia et El Moussilia.

A peine adolescent, il anime une émission de Radio-Alger consacrée à la musique hawzi. Mais, attiré par le music-hall, il va mêler ce patrimoine à d'autres musiques : le jazz, le flamenco, le mambo, le paso-doble, etc. Refusant l'étiquette « judéo-arabe » par laquelle on qualifie aussi bien le genre qu'il pratiquait que toute musique arabe interprétée par un juif, il avait eu ces mots : « Est-ce qu'on dit d'un musulman qu'il joue de la musique islamo-arabe ? Je joue de la musique arabe, un point c'est tout ! ». Il y avait là toute la sincérité et la droiture de cet artiste qui connut le succès dans les années 30 et 40 avant d'être relancé dans les années 90. En hommage à sa mémoire et à son répertoire, le CCF d'Alger accueille le chanteur Salah Gaoua accompagné d'un sextet d'excellents musiciens où figurent Bazou (mandole et guitare), bien connu des mélomanes algériens, ainsi que Varoujan Fau (luth, guitare électrique), Caroline Cuzin-Rambaud (violon, piano) et Mohammed Zami (luth et guimbri).

- Jeudi 25 sept. à 21 h (début du spectacle) dans les jardins du CCF. Entrée libre dans la limite des places disponibles.

[ source ]
Par Z. M.
El Watan, édition du 25 Septembre 2008

                                         

                     



23/03/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres