Au delà de la Rive

Au delà de la Rive

Les Bordjs ou (Fort) de défenses autours d'Alger

 

Les Bordjs ou Fort de défense


Histoire
Les Bordjs de défenses autour d'Alger

 

 

 

 

  1. Bordj Ras Tafoura, Bordj Ez’zoubia, Bordj El Fanar... pour assurer la défense d’El-Djazaïr, une kyrielle de forts fut construite à l’époque turque.

Bordj Ras Tafoura Appelé également Bordj Bab Azzoun, il fut érigé vers 1573 par Hassan Ben Kheireddine Pacha. Ce fort fut détruit en 1905 lors des travaux d’aménagement du boulevard Lafferrière (actuellement boulevard Khemisti). 

Bordj Sultan Kalassi (Fort l’Empereur) Ce fort de 480 canons fut construit en 1545 sous Hassan Ben Kheireddine Pacha sur la «Colline du savon», Kouidate Es’Saboune (Les Tagarins) où Charles Quint avait planté sa tente en 1541. Kouidate Es’Saboune fut occupée le 15 août 1518 par Hugo de Moncada qui dirigeaient avec Gonzalvo Marino de Riviera l’expédition espagnole contre Kheireddine. Ce fort de forme rectangulaire mesurait 150 m de long sur 100 m de large. Il a porté différents noms : Bordj Moulay Hassan (son constructeur), Bordj Taos (des paons), Bou Lila (père de la nuit). C’est dans les dépendances du Fort- L’empereur que le général de Bourmont (1775- 1846) reçut les premières propositions de paix qui furent discutées plus tard dans la villa Djenan Raïs Hamdan (villa du Traité) à El-Biar.

Bordj Ez’Zoubia (Fort-Neuf) Actuellement siège de la DGSN (Direction générale de la Sûreté nationale), ce fort fut érigé en 1802 sur l’emplacement d’un ancien bastion, sous le règne de Mustapha-Pacha. Cette défense occupa la place d’un dépôt à ordures, d’où son nom. 

Bordj-El-Fanar (Le Fort du phare) 55 canons au total répartis sur quatre étages, une poudrière, une vaste citerne au-dessus de laquelle se trouvait le quartier général des canonniers : voilà comment se présentait ce fort dont la construction fut réalisée en 1619, sur les restes du Penon, par Hussein Cheik. Ce fort était doté d’un phare haut de 40,75 m qu’on allumait pour orienter les navires la nuit.

 Bordj Bab-El-Oued (Fort des 24 heures) Edifié sur le cimetière des Pachas, sur une masse rocheuse, le Fort des 24 heures est lié à une histoire terrifiante. On raconte qu’un maure du nom de Geronimo fut enseveli vivant, dans un bloc de pisé en 1569 à cet emplacement. Les travaux de construction de Bordj Bab El Oued démarrèrent en 1557 sous Mohamed Pacha et se termineront en 1568 au cours du règne du Pacha Ali El Euldj. A l’emplacement de ce fort, fut aménagé en 1880, le square Nelson.

 Bordj Es’Sardine (Le Fort des sardines) Armé de 32 canons et possédant deux étages de feu, il fut construit après les bombardements de 1661 sous le règne d’Ali Agha.

 Bordj Ras-El-Moul (Le Fort de l’extrémité du môle) Situé à la pointe du môle, il fut édifié en 1704 par Ali Ben Hussein. La construction nécessita huit années. 

Bordj de Tamentfoust (La Peyrouse) Ancien fort turc construit en 1661 sous le règne d’Ismaïl Pacha.

 Bordj Ma-Bin Il fut érigé sur ordre de Hussein Dey au fond de la darse en 1826. 

Bordj El-Kiffan (Fort de l’eau) En 1556, le Pacha Mohamed Kurdogli, gouverneur d’Alger, fait construire un fort sur un rocher au bord de la mer. Achevé en 1581 par Djaffar Pacha, ce fort constituait un point stratégique puisqu’il permettait de contrôler l’entrée de la baie d’Alger.

 Fort de l’Etoile (Fort des Tagarins) Edifié en 1568, sous le règne de Hassan Ben Kheireddine, ce fort fut démoli en 1808. Sabrinal



28/02/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 86 autres membres