Au delà de la Rive

Au delà de la Rive

CINEMA SUR L'ALGERIE


ImageChef Custom Images

 

 

 

 

 

¨PROCHAINEMENT SUR VOS ECRANS

 

SORTIE LE 12 SEPTEMBRE 2012


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES CINEMAS D'ALGER

LES SALLES


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article source: http://www.elwatan.com/actualite/300-salles-de-cinema-ont-ete-fermees-23-11-2010-100080_109.php

 

LES SALLES DE CINEMA EN 1962

 

 

Le Dounyazad  Alger

 

 

Le Cinéma A.B.C.  (Rue Vallin)  Alger

 

"Photo Esmma"

Cinéma le Paris

Rue Tancrede Alger

 

 

LES FILMS

 

Les ajoncs
Un film de René Vautier
France, 1970, NB, 14 min
Avec Mohamed Zinet, Nicole Le Garrec, René Vautier
Un immigré maghrébin vend des ajoncs dans une petite ville de Bretagne. Sa carriole est renversée par un agent de police raciste. À la sortie de l'usine située près de là, les ouvrières en signe de solidarité ramassent les fleurs dispersées et les lui paient. Une fable poétique et humoristique.


Les trois cousins
Un film de René Vautier
France, 1970, NB, 10 min
Avec Mohamed Zinet, Farouk Derdour, Hamid Djellouli
Fiction tragique sur les conditions de vie de trois cousins algériens à la recherche d'un travail en France. Logés dans un étroit réduit, le poêle à charbon provoque leur asphyxie.
"La face cachée de l'immigration. Un conte beau et triste de René Vautier avec Mohamed Zinet."



Avoir 20 ans dans les Aures
Un film de René Vautier
1972 – France – fiction – 1 h 40 min
Avec Alexandre Arcady, Philippe Léotard, Yves Branellec
Un groupe de Bretons réfractaires et pacifistes est envoyé en Algérie. Ces êtres confrontés aux horreurs de la guerre deviennent peu à peu des machines à tuer. L'un d'entre eux ne l'acceptera pas et désertera en emmenant avec lui un prisonnier du FLN qui devait être exécuté le lendemain.

 

Pepe le Moko


Un film de julien Duvivier
France, 1936, NB, 1 h 33 min
Jean Gabin, Mireille Balin, Lucas Gridoux
Guidé par l'inspecteur Slimane, la police tente désespérément de mettre la main sur Pépé le Moko, un célèbre et dangereux malfaiteur caché quelque part dans la casbah d'Alger. Fuyant une nouvelle fois la police, Pépé rencontre une magnifique jeune femme du nom de Gaby, et en tombe amoureux.


Peut-être la mer
Un film de Rachid Bouchareb
France, 1983, 15 min
Michel Such, Rachid Souni, Nadir Ancel
Deux enfants de 12 ans, d'origine algérienne de la seconde génération, décident de rejoindre clandestinement le soleil, la mer... l'Algérie. Ils se retrouvent en cale sèche au port du Havre.



                             Le Thé au harem d'Archimède


Un film de Mehdi Charef
France, 1984, 1 h 50 min
Kader Boukhanef, Rémi Martin, Laure Duthilleul
Partageant les mêmes doutes et désillusions, Madjid et Pat, deux zonards paumés, errent dans une cite d'une banlieue bétonnée
.

 

 

 


 

 

 

 


 

 

LE VENT SE LEVE

LA BATAILLE D'ALGER

 

 

 
AVOIR 20 ANS DANS LES AURES
 

 


 

  LE LION DU DESERT


 

  LA  QUESTION

 

      LA TRAHISON

 

 

 PARADISE NOW   

 

   

                                               AU NOM DU PERE

 

 

  INDIGENES

 

                            LES AFFICHES DE CINEMA DES ANNEES 50

1932

 

 

1947

 

 

"Laurel et Hardy au Far West" de James W. Horne, 1936
160x120 cm

 

signée Jean Mascii, 1954
 

"Désirs humains" de Fritz Lang, 1954
160x120 cm


 

 

 

                

 

 

A SUIVRE.......

EL-WATTAN 08/MARS/2005

Merzak Allouache (Réalisateur algérien)

« Je ne suis pas un cinéaste de conjoncture... »

 

Après Omar Gatlatou, Bab El Oued City, le réalisateur algérien Merzak Allouache revient avec un nouveau film trilogique Bab El web, dédié à son quartier natal. Surf sur une toile !


Vous aimez, respirez, filmez et racontez votre quartier natal Bab El Oued en lui dédiant un film trilogique...

Voilà ! Je suis arrivé à une espèce de trilogie entre guillemets. J'y ai réalisé trois films. En fait, j'ai regardé vivre ce quartier à trois moments différents de son existence. A savoir, juste après l'indépendance de l'Algérie, ensuite dans une période beaucoup plus difficile en 1993. Et là, j'ai tourné un film dans un Bab El Oued de la sérénité. Malgré les problèmes. C'est toujours un quartier populaire, pauvre et surpeuplé d'Alger. Je sais que j'y ai des repères. Quand je retourne à Bab El Oued, je m'imprègne des essences, les lieux. je ne pourrais pas tourner à Belcourt.

Vous surfez sur Bab El Oued...Vous adaptez au fait de société et plus précisément, la culture « cybercafé »...

Quand je tourne mes films, je ne raconte pas des histoires autobiographiques. J'essaie d'observer le milieu immédiat, un lieu, les gens, des indices... C'est là, matière à raconter mon histoire. Par exemple, l'existence d'un cybercafé au nom de Bab el web, les combats de moutons que je ne connaissais pas. Un déclic d'un début d'histoire. Mais cela ne veut pas dire que c'est autobiographique. Surtout, ces derniers temps. Je suis un peu déraciné. Quand je reviens, j'écris mon scénario.

 

Cependant, vous n'avez pas quitté définitivement l'Algérie...

J'ai l'impression d'être une espèce de schizophrène. Un pied là-bas(France) et un autre, ici. Donc, j'effectue ce va-et-vient incessant. Quand j'ai tourné Chouchou, une comédie française à succès commercial, le producteur m'a proposé aussitôt de faire un autre film. Une comédie à la française et avec des acteurs français. Et je ne sais pas pourquoi, j'ai été atttiré par une histoire qui allait se passer ailleurs (en Algérie) et ce, malgré les problèmes. Car je n'ai pas eu les mêmes facilités pour raconter Chouchou par rapport à Bab el web. Quand on entame l'écriture d'une histoire qui ne se passe pas en France, on commence par avoir des difficultés. Parce qu'il faut répondre à des critères...

Un cinéma formaté...

Voilà ! On essaie de vous formater. Et on veut vous attirer vers des réponses qu'on attend de vous. Des réponses toutes faites. Mais c'est épidermique. Donc, je suis allé vers cette difficulté. J'ai des racines. Et c'est quelque chose d'incontrôlable.

On remarque que lors du tournage, vous vous êtes « lâché » dans une ambiance joviale à Bab El Oued...

Un tournage est un moment de travail intense et en même temps, il faut que cela soit un moment de bonheur auprès de gens que vous avez motivé pour venir jouer dans un film avec vous. J'étais heureux de tourner dans des lieux familiers dans une ambiance de sérénité. Bon, il y avait beaucoup d'enfants, mais qui étaient contents d'assiter au tournage. Il fallait les canaliser. Peut-être que parmi ces enfants, il y a un futur cinéaste. Ce qui fait que toute l'équipe s'est retrouvée dans une atmosphère cool. L'équipe française je l'ai préparée psychologiquement avant de venir en leur disant qu'elle venait en Algérie, mon pays, et non pas en conquérante de quoi que ce soit.

Est-il facile de faire mieux après le succès du film Chouchou (record de quatre millons d'entrées en France) ?

Aujourd'hui, pour moi, ce n'est pas le record des entrées qui compte. Depuis, mon premier film Omar Gatlatou en 1975 - un succès populaire et au niveau de la critique - j'ai eu des hauts et des bas. Ce n'est pas quelque chose qui me bloque. Pour moi, le cinéma c'est de l'adrénaline. C'est du suspence, c'est de ne pas savoir ce qui va se passer entre vous et le spectateur. Je n'ai pas choisi la routine. Là, ce qui est bien, c'est surprise. Entre le film et le spectateur, il y a un plaisir. Il faut faire en sorte que le public revienne aux salles de cinéma. Pendant quelques années, on a été sinistrés. C'est quelque chose à reconstruire.

Vous affectionnez la comédie-fiction...

Moi, j'adore la comédie, la fiction. Pour moi, la comédie, ce n'est pas raconter une histoire juste pour faire rire. Dans ce film Bab el web, il y a le rire et l'émotion. Car le public sera touché par quelque chose qui ne fait pas rire. J'aborde quand même les problèmes que vivent les jeunes.

Le casting de rêve de Bab el web, Samy Nacéri, Faudel, Julie Gayet, Hassan Benzerari, Bakhta réunit les deux rives...

Là, j'ai fait un lien entre les deux rives. Mon casting répond à mes obsessions de tourner là-bas et ici. Des acteurs français et algériens du cinéma et de la télévision. D'ailleurs, ils se sont très bien entendus.

Justement, l'actrice française Julie Gayet...

Julie Gayet - qui est une grande actrice du cinéma français d'auteur ayant fait beaucoup de films - j'ai été content qu'elle s'entende bien avec la comédienne Bakhta qui vient d'un autre univers (TV, sitcoms...). Elles étaient très copines.

Et puis Samy Nacéri et Faudel...

C'est la première fois que Samy Nacéri et Faudel tournent en Algérie. Faudel, un chanteur qui incarne son premier grand rôle au cinéma. J'ai donné un autre rôle pour Samy Nacéri. Quelque chose de différent qu'il ait fait jusqu'à maintenant. Cela n'a rien à voir avec Taxi. On va découvrir un Samy Nacéri nouveau. Il s'est surpassé.

A quoi rêvez-vous ?

Je rêve d'avoir la force pour continuer à faire des films sur les thèmes qui me plaisent. Je ne suis pas un cinéaste de conjoncture.



 

Par K. Smaïl

FILMOGRAPHIE DE MERZAK ALLOUACHE

Bande AnnonceClic en dessous

 

 

 

 

Bande Annonce Clic en dessous

    SALUT COUSIN !

 

 

 

                                       Bande Annonce clic en dessous

                                                      Bab el web
 
 
 
 
 
                                       Bande Annonce clic en dessous
                                      Bab El-Oued City - Opening Scene
 
 
 

Bande Annonce clic en dessous

                                      Omar Gatlato '1976' (Nado Coeur)


 

                                       CARTPUCHES GAULOISES

 

 

 

Description :
Le dernier printemps de la Guerre d'Algérie. Le printemps d'avant l'été de l'Indépendance. Ali/Mehdi Charef, 11 ans, et son meilleur copain Nico regardent leurs mondes changer... et font semblant de croire que Nico ne partira jamais. Jamais ?

Bande-annonce

 

Bande Annonces de Cartouches Gaulloises

 

 

LE VENT DES AURES

Extrait du Film

de Lakhdar Hamina

 

 

HORS-LA-LOI

de

Bouchareb.

Fesitvail de Cannes 2010

 

 

LE SOLEIL ASSASSINEE

Réalisé par  Abdelkrim Bahloul

Production 2004

Histoire:

Le Poète Jean Sénac,également animateur Radio est un

Pied Noir, qui à choisis de rester en Algérie aprés

l'Indépendance en 1962............

 

 

L'AUTRE MONDE

 

Film français algérien (2001)
Drame.
Durée : 1h 40mn.
Date de sortie : 07 Novembre 2001
Avec Marie Brahimi, Nazim Boudjenah, Karim Bouaiche, Michèle Moretti, Abdelkrim Bahloul
Réalisé par Merzak Allouache
 
Histoire:
                                              1999, Yasmine,une Française d'Origine Algérienne,quitte Paris pour l'Algérie à la recherche de son cousin Rachid,son fiancé dont elle est sans nouvelles.
                                               Bientôt maintenant six mois.Ce dernier, par un coup de tête s'est engager dans l'Armée Algérienne.
                                              Rachid ne parle que la langue Française.
                                               Yasmine apprend à son arrivée à Alger
qu'une embuscade à eu lieu dans la Région de Médéa.Et que son cousin faisait partie de cette patrouille..........
En


23/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres