Au delà de la Rive

Au delà de la Rive

POEME Sydney Boisis

 

POÈME de SYDNEY BOISIS 

La fraternité des cœurs sans frontières.

 

 D’Alger, de Paris ou bien d’ailleurs,

Ravivant ce qu’il y a de meilleur,

Voici que souffle l’ardente prière,

Chez les humbles à l’âme fière.

 

C’est un élan du cœur spontané,

Où la réflexion n’a pas droit de cité,

Où la sournoise rumeur se meurt,

Et laisse s’éclore la délicate fleur.

 

Plus de temps à perdre, l’âge avance,

Sur le Net file l’émotion intense,

C’est un feu d’artifice permanent,

Multicolore, un jeu d’enfant.

 

Ils ont juré qu’il n’y aurait plus de guerre,

Plus de paroles au goût amer,

Ils savoureraient l’ambroisie de leurs fruits,

Dans un partage qui les conduirait au paradis.

 

Sydney Boisis

    

 La Nostalgie de l'Exilé


Je garde dans mon cœur, planté comme une écharde, 
Le mal de ce pays lointain où je suis né 
Au soleil éclatant de Méditerranée, 
II est là quand le soir ma nostalgie s'attarde 

A remonter le temps au fil des souvenirs, 
Du tout petit enfant en mal de devenir 
A l'adulte comblé de bonheurs qui musardent. 
Il est là quand le soir ma nostalgie s'attarde 

Et qu'elle s'en va rejoindre le grand coin des poètes 
Il est là pour toujours comme un doux air de fête 
Il m'apparaît alors dans un halo lointain, 
Accroché à ma vie de tous ses clairs matins, 

De ses nuits étoilées, de ses forêts profondes 
De ses sables dorés de la lumière blonde... 
Un visage, une voix, quelques mots retrouvés, 
Une photo jaunie aux teintes délavées, 

Les élèves de l'école aux têtes brunes ou blondes 
Les vivants et les autres qui ont quitté ce monde. 
Il est là mon pays il me prend par la main 
Et je pars avec lui retrouver les chemins 

Des bonheurs envolés au rythme des saisons 
Et je pousse une porte, elle est là, ma maison, 
Mes souvenirs m'apportent un bonheur des plus fous, 
Dans cette ville bénie des Saints, Tizi-ouzou, 

Ils sont là mes parents, présents en permanence, 
Avec le réconfort de leur tendre présence 
Et je leur tends les bras et mon cœur apaisé 
Comme un petit enfant les couvre de baisers. 

Poeme offert par : Dorsey

 

 

 

 

 

 

 



25/05/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres